Menu
New

SEIICHI MOTOHASHI_TOBA (ABATTOIR)

0 out of 5 based on 0 customer rating(s)

 60,00

Availability: In stock

Seiichi Motohashi
Toba (Abattoir)
Publisher: Heibonsha,, 2011
Pages: 128
Cover: hardcover
Price: 60€
Dimensions: 26cm x 19cm

 

In stock

Description

Toba (ou Abattoir) est le premier livre photographique sur les abattoirs au Japon.

Motohashi a passé 30 ans à photographier l’abattoir de Matsubara (département d’Osaka). Durant cette période, l’ancien abattoir est modernisé en passant sous administration municipale.

Les ouvriers qui y travaillent sont des « burakumin », une caste considérée comme inférieure au Japon, qui dès l’époque féodale, a été mise à l’écart de la société et condamnée à le demeurer par l’effet d’une ségrégation sociale et géographique. Leur travail est considéré comme « cruel » et « sale » ; c’est un travail de burakumin. Dans ce livre, toutes les étapes de l’abattage sont présentées. Trois hommes font face à une vache. D’abord ils perforent le front de l’animal avec un pistolet, afin d’y glisser un fil de fer dans son cerveau. Ils lui écrasent la moelle épinière pour que la bête ne se débatte pas. Puis ils la renversent pour la suspendre par ses pattes et l’égorgent de sorte à faire couler le sang d’une seule traite. Une fois la bête dépecée, ils découpent les membres, la tête, la langue, la poitrine… Pour finir, ils l’éventrent pour faire tomber les intestins. Le tout en trente minutes, et en un seul couteau. Puis les femmes lavent et découpent les organes pour qu’ils soient prêts à être cuisinés. Seule la tête est jetée. Leurs visages sont ceux de professionnels, montrant leur exigence au travail et leur savoir-faire. Ils semblent presque fiers… C’est eux qui remplissent finalement les assiettes des Japonais.

L’effet du monochrome nous fait imaginer la couleur, l’odeur, le bruit et la vive atmosphère de l’ abattoir de Matsubara.

Il aura fallu dix ans pour que ce livre puisse être publié, notamment parce que les ouvriers ne voulaient pas apparaître le visage à découvert, et encourager un peu plus la discrimination qu’ils subissaient.

Par son travail et son livre, Motohashi nous fait réfléchir sur l’importance de la provenance de nos aliments. L’abattage n’est pas un travail spécial, c’est un travail nécessaire, puisque la nourriture qui en découle nous fait vivre.

Additional information

Dimensions 26 × 19 cm
id non in velit, id, risus Nullam